1-7 Août 2018: Semaine Mondiale de l’Allaitement Maternel
Nutrition & Santé

Ricardo AYI
  • Publié, il y a 4 ans
  • 1326 vues

Exporter au format PDF

Cliquez ci-dessous pour télécharger la version PDF de l'article
Télécharger la format PDF

Les pratiques alimentaires constituent un des facteurs déterminants de l’état nutritionnel des enfants. Parmi ces pratiques, l’allaitement revêt une importance particulière. En effet, de par ses propriétés particulières, le lait maternel évite les carences nutritionnelles et limite l’apparition des maladies chez l’enfant.

Si tous les bébés étaient nourris exclusivement au sein dès la naissance, 1,5 million de vies pourraient être sauvées chaque année. Non seulement ces enfants survivraient, mais leur santé s’en trouverait améliorée, car le lait maternel est un aliment parfait, auquel aucun produit manufacturé ne peut être comparé, pour nourrir le bébé pendant ses premiers mois de la vie. L’allaitement maternel est donc une meilleure façon de fournir aux nourrissons les nutriments dont ils ont besoin.

D'où vient cette initiative ?

C'est à l'hôpital Innocenti (Florence, Italie), en août 1990, qu'a eu lieu une réunion internationale consacrée à l'allaitement maternel rassemblant des représentants de 30 gouvernements, de nombreuses organisations des Nations-Unies et d'organisations non gouvernementales (ONG). A la suite de cette réunion, en février 1991, les organisations et personnes souhaitant protéger, soutenir et encourager l'allaitement maternel créèrent un réseau mondial dénommé WABA (World Alliance for Breastfeeding Action).

La Semaine mondiale de l’allaitement maternel est donc célébrée chaque année du 1er au 7 août  dans plus de 170 pays afin d’encourager l’allaitement maternel et d’améliorer la santé des nourrissons dans le monde entier. Elle commémore la Déclaration d’ « Innocenti » signée en août 1990 par des responsables politiques, l’OMS, l’UNICEF et d’autres organisations pour protéger, promouvoir et encourager l’allaitement maternel. 

Semaine Mondiale de l’Allaitement Maternel 2018 : le WABA dévoile le Slogan de la commémoration ! 

Dans un monde rempli d’inégalités, de crises et de pauvreté, l’allaitement est la base d’une bonne santé pour les bébés et les mères. C’est dans cette optique que  WABA (World Alliance for Breastfeeding Action, en français Alliance Mondiale pour l'allaitement maternel) avec le soutien de l'UNICEF et de l’OMS ont annoncé le slogan de la Semaine mondiale de l’allaitement maternel 2018 (#SMAM) : « L’ALLAITEMENT : LA BASE DE LA VIE ».

L’allaitement prévient la faim et la malnutrition sous toutes ses formes et assure la sécurité alimentaire pour les bébés, même en temps de crises. Sans fardeau supplémentaire sur le revenu du ménage, l’allaitement est une façon bon marché de nourrir bébé et contribue à la réduction de la pauvreté. La nutrition, la sécurité alimentaire et la réduction de la pauvreté sont fondamentales pour la réalisation des objectifs de développement durable des Nations-Unis.

L’allaitement maternel est l’un des moyens les plus efficaces de préserver la santé et d’assurer la survie de l’enfant. Au niveau mondial, seulement 40% des nourrissons de moins de 6mois sont allaités exclusivement au sein. L’OMS promeut activement l’allaitement maternel, considéré comme la meilleure alimentation pour les nourrissons et les jeunes enfants.

Des avantages tout au long de la vie

L'allaitement est le moyen idéal d’apporter aux nourrissons tous les nutriments dont ils ont besoin pour grandir et se développer en bonne santé. . Selon l’analyse publiée par The Lancet, il existe un lien clair entre un allaitement prolongé et des résultats plus élevés aux tests de QI et la réussite scolaire. Ainsi, les enfants nourris exclusivement au lait maternel pendant les six premiers mois de leur vie au moins ont les meilleures chances de s’épanouir pleinement tout au long de leur enfance et de leur adolescence. 

L’allaitement exclusif est le meilleur moyen de donner aux enfants un bon départ dans la vie. Pratiquement toutes les mères peuvent allaiter, si elles ont des informations précises et le soutien de leur famille comme du système de soins. Nous devons tous faire tout ce qui est en notre pouvoir pour soutenir les femmes qui souhaitent allaiter, quel que soit le moment et où qu’elles se trouvent.

Le colostrum, sécrétion lactée jaunâtre et épaisse produite à la fin de la grossesse, constitue, ainsi que le préconise l’OMS, l’aliment parfait pour le nouveau-né qui doit commencer à s’alimenter dès la première heure qui suit la naissance. L’allaitement exclusif au sein est recommandé jusqu’à l’âge de six mois.

L’allaitement maternel fait office de premier vaccin en fournissant à l’enfant des anticorps. Il contribue à une croissance et à un développement en bonne santé, en protégeant les enfants pendant les deux premières années cruciales de la vie, mais aussi plus tard. Il est également bénéfique pour les mères, en faisant baisser le risque de cancer du sein, de cancer de l’ovaire et de diabète.

Créer des conditions favorables aux objectifs de développement durable

L’allaitement ne profite pas seulement aux mères et à leurs enfants. Il est essentiel pour atteindre nombre des objectifs de développement durable (ODD). Il améliore la nutrition (ODD2), prévient la mortalité de l’enfant et abaisse le risque de maladies non transmissibles (ODD3) et concourt au développement cognitif et à l’éducation (ODD4). L’allaitement est aussi un facteur contribuant à l’élimination de la pauvreté, à la croissance économique et à la réduction des inégalités.

Il bénéficie aussi aux économies nationales, en contribuant à réduire les dépenses de santé, à augmenter le niveau d’éducation et, au bout du compte, à renforcer la productivité. De fait, l’allaitement maternel est l’un des investissements les plus efficaces par rapport au coût.

Reconnaissant le rôle crucial de l’allaitement maternel dans la santé mondiale et le développement, les 194 États Membres de l’OMS se sont engagés en 2012 sur une cible consistant à augmenter le taux mondial de l’allaitement exclusif au sein dans les six premiers mois de la vie et à le faire passer de 37% à 50% d’ici 2025. Ensuite, les Nations Unies ont proclamé la Décennie d’action pour la nutrition (2016-2025), invitant les pays à mettre en œuvre un cadre d’action comportant un certain nombre de mesures en faveur de l’allaitement maternel.

Des progrès rapides sont possibles en investissant dans des politiques et programmes qui soutiennent mieux la décision des femmes d’allaiter leur enfant au sein et garantissent ainsi que davantage d’enfants dans le monde aient la possibilité de bien se développer.

Etats des lieux de l’allaitement maternel au Bénin

Les habitudes alimentaires sont peu favorables à une croissance optimale du nourrisson et du jeune enfant. L’allaitement est une pratique généralisée au Bénin puisque la quasi-totalité (94 %) des enfants nés sont allaités. Plus de huit enfants sur dix (81 %) l’ont été dans les 24 heures et un enfant sur deux (50 %) dans l’heure qui a suivi la naissance.

Bien que l’allaitement soit une pratique très répandue quelles que soient les caractéristiques de la mère, il n’en demeure pas moins qu’un enfant sur deux n’a pas été allaité dans l’heure qui a suivi sa naissance et qu’un enfant sur cinq ne l’a pas été dans les 24 heures suivant sa naissance. De plus, près d’un enfant sur cinq est alimenté avant le début de l’allaitement. Or, c’est au cours des premiers allaitements, dans les 24 heures qui suivent la naissance, que l’enfant reçoit le colostrum qui contient les anticorps de la mère et qui sont essentiels pour lui permettre de résister à de nombreuses maladies.

En outre, la mise au sein précoce, c’est-à-dire dans l’heure qui suit la naissance, varie selon le département. Les niveaux les plus faibles sont enregistrés dans l’Alibori (38 %), le Couffo et le Plateau (37 %). En ce qui concerne l’allaitement le jour qui a suivi la naissance, c’est dans le département du Plateau que l’on note encore le plus faible pourcentage (70 %). « EDSB-IV 2012 »


L’intensification des campagnes de sensibilisation à tous les niveaux sur l’allaitement maternel (mobilisation sociale dans les villes et campagnes, émissions radiotélévisées), la célébration chaque année de la Semaine Mondiale de l’Allaitement Maternel (SMAM) ainsi que les formations des agents socio-sanitaires et des groupes se soutien  aux mères dans diverses localités ont contribués à l’accroissement du taux d’Allaitement Maternel Exclusif (AME)  jusqu’à six mois à 43 % en 2017 d’après le rapport annuel du Mouvement pour le renforcement de la nutrition (Scaling Up Nutrition).




  • Mots clés :

  • Allaitement maternel- Nutrition- Alimentation-

Créer un compte pour répondre



*Nous serons très heureux de savoir ce que vous pensez de cet article
*Conectez vous ou créer un compte pour que votre commentaire soit visible de tout le monde.